Famille des clarinettes

Publié le : 2015-05-04 16:07:58
Catégories : Instruments

Famille des Clarinettes : Les différents modèles

Clarinettiste débutant, confirmé ou même aspirant, notre gamme d'Anche Clarinette saura vous séduire !!!


Anche Clarinette sib Vandoren V21 - x10             Anche clarinette V12Anche clarinette Vandoren 56 Rue LepicAnche Clarinette Vandoren Classic

Anche Clarinette sib Rico Royal - x10     Anche Clarinette sib Plasticover - x10       Anche Clarinette Sib Reserve Classic x10          Anche Clarinette Sib Reserve D'Addario x10

 

Clarinette sopranino

Clarinette sopranino La bémol - Leblanc 1176AbS 

La clarinette sopranino est la plus petite, et donc la plus aigue de toutes les clarinettes.

Elle ne mesure que 25 centimètres, et son corps est constitué d'un seul tenant, soit en bois, soit en métal. Sa sonorité, aussi stridente que perçante, est liée à la petite taille de l'instrument. Elle est d'ailleurs si petite que les doigts se touchent une fois posés sur cette clarinette.

La rareté de cet instrument s'explique par son utilisation peu courante. Elle était principalement utilisée par les bandas italiennes pour la musique militaire. Le Bal Masqué de Verdi est la pièce la plus significative du répertoire classique de cet instrument. Cette clarinette semble remise à l'honneur par les compositeurs contemporains pour sa sonorité, comme Gilbert Amy avec "Espace déployé".

Tonalité : La bémol

 


 

Clarinette soprano en mi bémol

Clarinette soprano mi bémol - Buffet Crampon 1506

Un peu plus grande que la sopranino, cette clarinette est beaucoup plus courante que sa petite soeur. Il suffit de regarder l'offre des facteurs pour s'en rendre compte immédiatement.

Selon les modèles, le corps est soit d'un seul tenant, soit en deux parties. Comme la majorité des clarinettes, ce modèle est dit transpositeur. C'est à dire que lorsque l'on joue un do écrit, la note réelle est un mi bémol situé une tierce mineure au dessus.

La clarinette soprano en mi bémol est également appelée clarinette piccolo à cause de son registre aigu. Bien que difficile à maîtriser, ce registre est souvent qualifié de criard, ironique ou encore de sarcastique. Son caractère est particulièrement bien mis en évidence dans les pièces "Till l'espiègle" (Richard Strauss) ou "La Symphonie Fantastique" (Berlioz). Ses registres médium et grave sont plus adaptés au passages mélancoliques et ténébreux.

Rendue populaire par les orchestres d'harmonie, cette clarinette a fait sa première apparition dans l'orchestre à la fin du 19ème siècle. Elle ne s'y installera définitivement que grâce à des compositeurs de l'école française comme Roussel, Milhaud ou Ravel.
 

Tonalité : Mi bémol


 

Clarinette en Ré

Clarinette en ré - Buffet Crampon 1406

Bien que mieux représentée par les facteurs que la sopranino en la bémol, la clarinette en ré reste assez rare.

Cette clarinette est aujourd'hui utilisée quasiment exclusivement pour l'interprétation des concertos de Molter. Son timbre est plus doux que celui de la mi bémol dans le grave, et elle propose un aigu séduisant.

Certaines pièces de Richard Strauss et de Stravinsky incluent des traits écrits pour cet instrument, mais les instrumentistes préfèrent très souvent les transposer pour la clarinette soprano en mi bémol.
 

Tonalité : Ré


Clarinette en Ut

Clarinette en Ut - Amati ACL 351

Comme la clarinette en ré, la clarinette en ut est assez peu utilisée. L'offre est cependant plus étoffée que celle du modèle en ré, car de plus en plus de conservatoires font débuter leurs plus jeunes élèves sur cette clarinette.

La sonorité de cet instrument est assez agressive et les instrumentistes préfèrent donc souvent transposer leurs trait sur leur si bémol.

Le répertoire de pièces écrites utilisant cette clarinette est assez important, mais les œuvres principales restent "Le Scare du Printemps" (Stravinsky) et les opéras de Rossini.
 

Tonalité : Ut


 

Clarinette en Si bémol

Clarinette Si bémol - Leblanc 1190

De très loin le modèle le plus répandu, la si bémol est la référence de la clarinette.

Chaque facteur dispose de nombreux modèles déclinés en modèles débutants, intermédiaires et professionnels.  Ces clarinettes existent en plastique, en alliage poudre de bois/résine, en bois, et même en métal. Certains modèles permettent d'accéder au mi bémol grave et disposent également d'un levier mi bémol / la bémol supplémentaire pour la main gauche.

Sa sonorité est douce, puissante et brillante. Elle est très fréquemment utilisée comme instrument soliste à l'orchestre (comme dans les concertos de Weber ou de Spohr), où elle s'unit à merveille aux bois et aux cordes.

C'est pour ce type de clarinette que sont écrit la grande majorité des pièces du répertoire.
 

Tonalité : Si bémol

 


 

Clarinette en La

Clarinette en la - Amati ACL 675

Malgré la faible différence de tonalité (un demi ton), la clarinette en la dispose d'une sonorité propre très différente de celle en si bémol. Le nombre de modèles disponibles pour ce type de clarinette est très important, laissant présager de sa popularité !

Techniquement, elle est un peu plus longue, et nécessite donc plus d'air et de pression lors de l'émission. C'est probablement ce qui lui donne ce timbre doux et pénétrant, mais aussi plus sombre que la clarinette si bémol. Elle semble également avoir plus d'inertie dans les attaques et les nuances.

La clarinette en la est très utilisée en musique de chambre, et notamment dans des pièces célèbres comme les "Pièces de Fantaisie" (Schumann), le "Quintette pour cordes et clarinette" (Mozart), ou les "Sonates pour clarinette et piano" (Brahms).
 

Tonalité : La

 


 

La de basset

La de basset - Leblanc

Cet instrument diffère de la clarinette en la par sa tierce grave supplémentaire. En effet, alors que la clarinette en la s'arrête au mi ou mi bémol grave (selon les modèles), cette clarinette ci descend jusqu'à l'ut grave.

La clarinette "la de basset" est un instrument rare car son répertoire est très réduit. Elle est principalement utilisée pour les pièces de Mozart (concerto pour clarinette et orchestre, quintette pour cordes et clarinette, et divertimenti).

Son étendue est semblable à celle d'un cor de basset, mais sa morphologie et sa tonalité la font plus ressembler à une clarinette en la (en plus longue).

Tonalité : La

 


 

Clarinette alto

La clarinette alto en mi bémol dispose d'un timbre très proche de celui du cor de basset, mais sonne un ton en dessous.

Elle est utilisée principalement en ensembles et harmonies, et ne dispose pas de répertoire particulier.

L'offre des facteurs et plutôt surprenante vu le répertoire de l'instrument, et son utilisation quasi exclusive dans les harmonies hollandaises…

Tonalité : Mi bémol

 


 

Cor de basset

Cor de basset - Buffet Crampon 1723-2

Egalement appelée clarinette alto en fa, le cor de basset se trouve quelque part entre la clarinette si bémol et la clarinette basse. Il sonne à la quarte en dessous de la mi bémol et ressemble à une clarinette basse avec son pavillon recourbé. Inventé entre 1760  et 1770, cet instrument doit son nom au fait qu'il faisait penser à un cor de par la forme de son pavillon, et que son registre était proche de celui de la basse.

Sa sonorité est très proche de la voix humaine, et est souvent qualifiée de tendre et voluptueuse.

Cet instrument a très largement été exploité par Mozart, Strauss et Massenet. Les pièces les plus connues écrites pour cet instrument sont le concerto pour clarinette et orchestre, le quintette pour cordes et clarinette, et les divertimenti de Mozart. Son requiem commence également par un solo de deux cors de basset.
 

Tonalité : Fa

 


 

Clarinette basse

La clarinette basse en si bémol sonne très exactement un octave en dessous de la clarinette si bémol. Son intérêt réside principalement dans sa sonorité remarquable dans les graves, sombre et caverneuse, faisant parfois penser à un orgue. Le registre médium lui est moins timbré, et l'aigu plus violent et moins centré que celui de la clarinette "ordinaire".

Il existe plusieurs types de clarinettes basses, mais en pratique on distingue principalement les modèles permettant d'accéder au mi bémol grave (photo de gauche), et ceux capables d'atteindre l'ut (photo de droite).

Cet instrument a été introduit en 1848 par Wagner pour sa pièce Lohegrin, puis réutilisé par la suite par de nombreux autres de Verdi jusqu'à Pierre Boulez.
 

 

Tonalité : Si bémol

 


 

Clarinette contre alto

clarinette contre alto


Cette clarinette sonne une quinte en dessous de la clarinette basse, soit un octave en dessous de la clarinette alto.

Son registre grave est très profond, et souvent qualifié de caverneux ou encore de lointain.

Comme sa sœur alto, la contre alto est principalement utilisée en ensembles de clarinettes, et harmonies. Schoenberg est un des compositeurs à avoir écrit spécifiquement pour cet instrument.

Tonalité : Mi bémol

 


 

Clarinette contrebasse

clarinette contrebasse pour harmonies


La clarinette contrebasse sonne à l'octave en dessous de la basse.

Sa sonorité très profonde rappelle celle d'un orgue, mais avec une puissance inférieure.

Cet instrument est rare, et comme la clarinette contre alto, reste principalement utilisée en ensemble de clarinettes et harmonies.

 

Tonalité : Si bémol

Partager ce contenu